Rechercher un article

Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de PsY en mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez vous à la page : "devenir membre"  

 

 Augmentation des soins sans consentement

 Résultat de recherche d'images pour

Ce sont près de 100 000 patients qui ont été hospitalisés en psychiatrie sans leur consentement l’an dernier en France. Le chiffre est énorme : 92 000 patients, exactement, enfermés contre leur gré, parfois quelques jours, d’autres fois plusieurs semaines. Soit 12 000 de plus qu’en 2012, comme le révèlent les dernières données sur «les soins sans consentement en psychiatrie» de la démographe Magali Coldefy, publiées ce jeudi dans la revue de l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé. Son travail est saisissant, l’évolution inquiétante. On assiste en effet à une hausse sensible entre 2012 et 2016, mais qui fait suite à une augmentation encore plus forte entre 2006 et 2011, atteignant presque les 50 %.

 

Au total, depuis dix ans, on peut parler d’un doublement de ces hospitalisations sans consentement. Et parallèlement, durant cette même période, on constate une multiplication des pratiques d’isolement et de contention. Que se passe-t-il donc derrière les murs de nos établissements psychiatriques ? La question des liens entre la liberté et la santé mentale se pose de façon insistante.

Que dit la loi ?

D’abord, un rappel : la psychiatrie est une exception. On l’oublie, mais le consentement est la règle d’or du soin. On ne soigne que librement. C’est la condition indispensable à toute prise en charge thérapeutique. Néanmoins, la législation française prévoit, «en cas de troubles psychiatriques sévères affectant la conscience et le besoin de soins, le recours aux soins sans consentement afin de prévenir le préjudice pour le patient de l’absence de soins».


La législation française sur les soins sans consentement a par ailleurs été modifiée par la loi du 5 juillet 2011. Y sont réaffirmés les droits des personnes prises en charge dans ces conditions. Et la loi a introduit deux mesures phares : l’intervention du juge des libertés et de la détention dans le contrôle de l’administration des soins sans consentement ; celui-ci, dans les douze jours, doit donner son aval à cette décision. Autre mesure importante, la possibilité, non plus d’une hospitalisation, mais de soins ambulatoires obligatoires : la personne n’est plus internée, mais elle a l’obligation de suivre chez elle un programme de soins avec un suivi régulier à l’hôpital.

Qui sont les personnes visées ?

En 2015, plus de 1,7 million de personnes âgées de 16 ans ou plus ont été prises en charge dans les établissements de santé publics et privés de soins psychiatriques, dont 92 000 sans leur consentement, comme l’a calculé Magali Coldefy : «81 000 ont été hospitalisées au moins une fois à temps plein dans l’année, soit une augmentation de 11 % par rapport à 2012.» Autre donnée : «Alors qu’en 2012, 4,8 % des patients étaient suivis sans leur consentement, ils représentent 5,4 % des patients en 2015.»


Dans une étude précédente, réalisée cette fois-ci en Ile-de-France, Magali Coldefy avait également observé que «les hommes sont surreprésentés, avec 60 % des personnes prises en charge sans consentement, contre 47 % parmi l’ensemble des personnes suivies en psychiatrie».


Plus généralement, dans l’Hexagone, l’âge moyen de ces patients est de 43 ans, ils sont plus jeunes que les personnes traitées en psychiatrie générale, qui ont 47 ans en moyenne. «Les personnes ayant reçu un diagnostic de troubles schizophréniques ou psychotiques représentent près de la moitié des personnes prises en charge sans consentement […]. Les troubles bipolaires (11 %) et de la personnalité (8 %) sont également plus fréquents chez les personnes prises en charge sans leur consentement.» Ces chiffres recensés par la chercheuse confirment ainsi que «ce sont bien les personnes souffrant des troubles psychiatriques les plus sévères qui nécessitent plus fréquemment que les autres, à un moment de leur parcours de soins, une prise en charge non consentie».


Lien :

 

 

Notes du veilleur Stéphane Guillemarre : Que dit, sur notre société, cette augmentation des soins sans consentement ?

 


 

Connexion membres et sympathisants

N° Adhérent:

Mot de passe:



Créer / Modifier Mot de passe
Devenir Membre



Conception Nexy création site internet Lyon Grenoble et Bourgoin Jallieu