Logo association : « Psy en Mouvement », Fédération des professionnels francophones de la psychothérapie dans la psy-diversité

Fédération des professionnels francophones
de la psychothérapie dans la psy-diversité

Actualités

ARTICLES DE VEILLE
Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de Psy en Mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez-vous sur la page “Adhésion”.

Suicide assisté en Suisse

02/05/2013

                                                    

   Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de PsY en mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents ainsi qu'aux sympathisants. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez vous à la page : "devenir membre" ou "devenir sympathisant" du site. (sur votre droite =>)


                                                      SUICIDE ASSISTE EN SUISSE

                                                           Yan Marichy avril 2013

 

Comment un acte comme le suicide,solitaire par nature peut arriver à être « encadré » ? Il semble qu’il y ait là une contradiction.Pourquoi la personne ne met-elle pas « fin à ses jours » selon l’expression consacrée (et compassée)en suivant une des innombrables méthodes infaillibles ?(il y en a ,et de très soft)…tranquillement ? Le désir d’être « en règle »,de « faire les choses bien » ?,de demander la permission ?celle de qui ,de quoi ?(je parle bien sur de candidats en état de procéder eux mêmes à l’autolyse et non de grabataires ne pouvant se passer d’une aide extérieure.Dernier souci de l’autorisation sociétale ? de celle du groupe de référence ?  du consensus culturel ? Aujourd’hui le suicide raté ne peut plus faire l’objet de poursuites,y compris sur la famille(en cas de réussite),alors ?

Pour les proches ? afin de les habituer  à un départ sans violence, conforme au règlement des psychopompes funèbro-administratives du Deuil ? que de guillemets,de points d’interrogation… car s’il existe une liberté ultime,c’est bien celle là .Pourquoi dans ce cas se compliquer les choses ?

Manque de courage sans aide extérieure ? besoin d’un " coup de main" ?souci de proclamer sa décision à la face du monde,de la « valider » administrativement ? militantisme du droit à disposer de soi même ?(ce qui peut déjà mieux se comprendre,mais encore une fois est paradoxal).Pourquoi à la fin des fin suivre un énième code de la route ? Façon de s’éclipser sans bruit en rangeant bien ses chaussures ?

Que l’initiative d’un tel balisage soit Helvète ne me surprend guère(1).Finalement cette version bureaucratique aseptisée lui ôte tout ou partie de sa signification,l’en dépossède.Comme avec ce deuil désormais obligatoire : une formalité que l’on souhaite la plus courte possible.Une entreprise de nettoyage.Beaucoup « d’aspérités » sociétales ont fait les frais de cette standardisation:Drogues,radios libres,Musiques rock,autant de légalisations qui émasculèrent au passage les intéressés.

Il existe actuellement, personne ne peut le nier, une tendance à « élaguer » la mort,à la faire rentrer dans la maîtrise,un management thanatologique.Evidemment,cela comporte des aspects positifs : Autorisation,atténuation de l’angoisse,soins palliatifs,fin du déni et de la « mort paravent »(quoique)et j’en passe. Mais le côté sombre de l’affaire,c’est si vous me pardonnez un mauvais jeu de mots,la « mise en boite »,une de plus…La mort doit rentrer dans un cadre élargi,qui autrefois se limitait aux obsèques,pas de vagues surtout.Un « dispositif » est mis en place,surtout pas d’imprévu et de l’organisation(2). L’helvétisation est passée par là :la mort est désormais couverte par le secret bancaire,se passe dans un lieu prévu à cet effet,des locaux Calvinistes proprets;ses circonstances sont circonscrites, suicide assisté en Suisse,ultime allitération.Le suicide dernière liberté est désormais capté .Pas de petites économies.La société de services a encore frappé...(3)

Il faut cependant comprendre une chose importante : il n’y a pas UN suicide mais DES suicides,des circonstances et motivations fort diverses .Ce suicide assisté n’en constitue qu’un des cas.Le suicide dérange,le suicide est un pavé dans la mare,le suicide n’était pas prévu.La mort défie le juridique,nous met hors de sa portée.Le suicide nous rappelle que tout finit et que le moment d’en décider revient éventuellement à un seul,non à une administration.Il fallait pourtant qu’elle mette son nez dedans,qu’elle essaye…

Pas de procès d’intentions cependant .Mais ce dispositif  encore une fois est le reflet d’une société et de ses normes,de sa tentative d’exorciser ses peurs .Alors ? réel progrès humaniste ou énième annexion hygiéniste de l’intime par l’administration et le management ?

 

(1) On l’a quand même échappé belle,ç’aurait pu être l’Allemagne :le suicide sous la férule de l’administration Merkel !

(2)il existe des aides à la mort et même des « GPS post mortem ».Issus de spiritualités certes…(voir la dessus mon autre texte : « comment l’homme de goût se prépare à la mort »)

(3)Au fait,quel est le coût exact de tout ça ?c’est bénévole ?(j’entend par là hors obsèques) il va falloir que je me renseigne.

 

 

Réflexions du veilleur :Quelques considérations  libres sur un sujet sensible

Commentaires des adhérents

Pour accéder aux commentaires de cette actualité : Connectez-vous !