Logo association : « Psy en Mouvement », Fédération des professionnels francophones de la psychothérapie dans la psy-diversité

Fédération des professionnels francophones
de la psychothérapie dans la psy-diversité

Actualités

ARTICLES DE VEILLE
Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de Psy en Mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez-vous sur la page “Adhésion”.

Euthanasie contre l'avis de ses parents

17/05/2013

17 mai 2013

L'euthanasie d'un tétraplégique contre l'avis de ses parents

L'euthanasie d'un tétraplégique contre l'avis de ses parents
 

 

Les parents de Vincent Lambert, tétraplégique et dans le coma depuis 2008, ont obtenu auprès du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne que leur fils ne soit pas euthanasié. Il n'était en effetplus alimenté depuis le 10 avril suite à la volonté de sa femme et d'autres de ses proches, et avec l'accord du médecin.

Vincent Lambert, 37 ans, a été victime d'un accident de moto en 2008 qui le laisse tétraplégique. Hospitalisé au CHU de Reims, il est dans le coma. Un état qui évolue, en 2011, vers un coma pauci-relationnel avec un état de conscience minimum. Les médecins sont pessimistes quant à une évolution favorable de ce coma. Selon sa femme, Vincent Lambert aurait fait savoir avant son accident qu'il ne désirerait pas être maintenu artificiellement en vie dans de pareilles circonstances. En outre, les médecins auraient «suspecté» un refus de vivre de sa part lors des soins. Une décision collégiale a donc été prise pour arrêter son alimentation, ne lui laissant que 500 ml d'eau par jour dès le 10 avril. «L'intention n'était pas de faire mourir Vincent mais de considérer que ses soins étaient devenus déraisonnables», se défend Eric Kariger du CHU de Reims.

Le 26 avril, les parents de Vincent Lambert apprennent la nouvelle «par hasard» et s'opposent à l'euthanasie de leur fils. Ils obtiennent un rendez-vous avec le médecin qui s'occupe de leur fils, le 8 mai, puis saisissent le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne qui leur donne raison. «Je suis absolument persuadée que mon fils ne veut pas mourir», a déclaré la mère, Viviane Lambert. Joseph Lambert, le frère, s'est pour sa part rangé du côté du côté de Vincent, jugeant «profondément inhumaine et égoïste» l'attitude de ses parents.  

Commentaires des adhérents

Pour accéder aux commentaires de cette actualité : Connectez-vous !