Logo association : « Psy en Mouvement », Fédération des professionnels de la psychothérapie et de la psy-diversité

Fédération des professionnels
de la psychothérapie
et de la psy-diversité

Actualités

ARTICLES DE VEILLE
Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de Psy en Mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez-vous sur la page “Adhésion”.

petite sociologie de la pornographie

18/04/2014

   Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de PsY en mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents ainsi qu'aux sympathisants. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez vous à la page : "devenir membre" ou "devenir sympathisant" du site. (sur votre droite =>)

http://www.bvoltaire.fr/jeanclaudelauret/petite-sociologie-de-la-pornographie,8961

 

Petite sociologie de la pornographie…

« La pornographie est le conte de fée des adultes », écrivit Boris Vian. Plutôt que d’évoquer les adultes, l’auteur de L’Arrache cœur aurait dû évoquer les hommes, les femmes se révélant extrêmement minoritaires devant le spectacle des exhibitions charnelles… C’est ce qui ressort de toutes les enquêtes.

Ainsi Mathieu Trachman, Docteur en sociologie, entreprend une imposante recherche sur « Le travail pornographique », sous-titré « Enquête sur la production de fantasmes ». On est déconcerté dès les premières pages. Par définition, le fantasme est une image appartenant au rêve. Or, en ce début du XXIe siècle, une question se pose : le fantasme, qui se nourrit toujours de la transgression, existe-t-il encore ?

Afin d’éclairer nos lanternes, il importe de se plonger dans l’histoire de la pornographie du temps passé. Celle-ci connut son âge d’or au XIXe siècle, dans une société figée, engluée dans les convenances et écrasée par une hypocrisie étouffante. L’univers de la bourgeoisie triomphante était régi par le devoir qui exigeait de mener une existence exemplaire où l’on affichait ses bonnes mœurs. Il y avait naturellement la traversée obscure du miroir. C’était le temps des bordels et des putains, celui des femmes comme il faut et des femmes comme il en faut.

Avec l’apparition du daguerréotype, de l’appareil photographique, de la caméra, l’image érotique si prisée au XVIIIe siècle à travers les gravures licencieuses fit place à la représentation des figures pornographiques. Les possibilités techniques permettaient de multiplier les tirages. Un véritable marché clandestin naissait. Il allait connaître au fil des ans une explosion exponentielle. L’image interdite devenue accessible permettait de se glisser dans les enfers d’une libido trop longtemps réprimée, quand ce n’était pas refoulée.

Mathieu Trachman, qui a beaucoup lu Levi-Strauss, Foucault et Bourdieu – dont on devine l’influence de La Domination masculine –, nous invite à l’accompagner dans cette promenade à travers le monde de ce qui était hier interdit. Au cours de celle-ci, il rencontre tous les protagonistes – réalisateurs, acteurs et actrices, metteurs en scène. Il les interroge. Fort de leurs témoignages, il cherche à comprendre comment s’opèrent les partages entre une sexualité féminine, masculine, l’hétérosexualité et l’homosexualité.

 


Aujourd’hui, le porno est une activité marchande. Apprendre qu’elle est un commerce n’est pas une découverte bouleversante. Cependant, ce négoce a connu une véritable révolution lorsqu’il est sorti de la clandestinité et a émergé, autour des années 70, en devenant officiellement accessible au commun des mortels. Étudiant cette situation nouvelle, Mathieu Trachman ébranle bon nombre de clichés et d’idées reçues. Jadis, ce monde mitonnait dans l’opaque et le glauque. Aujourd’hui, les corps se dévoilent. Ils surgissent, sortant de la pénombre, brutalement éclairés par les projecteurs. Voici le temps de l’organisation du spectacle. Un théâtre se monte, ayant pour fonction de titiller la libido de voyeurs, devenant au fil des ans de plus en plus blasés devant un véritable bombardement d’images.

Mathieu Trachman n’est pas un historien, ni un sexologue. Sociologue il est. Il nous invite à suivre l’existence souvent curieuse et parfois cocasse de tous ces intermittents d’un spectacle qui a ses lois, ses genres. Une invitation à une valse à trois temps. La lecture de sa thèse provoque quelque embarras. On peut lui reprocher de ne pas avoir – par un préambule ? – analysé et mené une réflexion sur le passage d’un univers de la clandestinité à l’émergence au grand jour. On peut aussi, quitte à le provoquer, soutenir l’idée que le fantasme se meurt un peu plus chaque jour. Il a peut-être disparu. Jadis, la transgression avait une puissante charge contestataire quand ce n’était pas révolutionnaire. La facilité d’accès à des actes sexuels débridés tue le désir. La banalisation de tous ces comportements débouche vite sur l’ennui. On peut alors se demander si l’ultime fantasme, aujourd’hui, n’est pas tout simplement le désir de l’autre, de la sensualité et de la tendresse.

Mathieu Trachman joue avec une subtile dialectique habilement maîtrisée. On ne peut rester indifférent à cette investigation originale qui pique l’attention.

Commentaire du veilleur Yan Marichy:sujet psy non "noble" mais ô combien intéressant!.EN effet que devient le fantasme de nos jours sous les nouvelles bienséances? si la pornographie et sa consommation(pas si masculine que l'on veut bien le dire)sont désormais banales,quels seront les nouveaux chemins de la transgression,les fantasmes n'ont pas fini de nous surprendre.Aussi rétifs aux vœux pieux de  la gestion politique que le sont les rêves,ce continent n'a pas fini de nous surprendre.


UNIVERSITÉ
D’ÉTÉ
2019
En savoir

ACTUALITÉS

Intervenant UE 2019 - mardi 27 août
Allons découvrir les « 7 niveaux de la relation amoureuse »
avec Dominique Bouilly et Nathalie...

Lire la suite >

Programme UE 2019
Bonjour à toutes et tous,
Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme définitif de notre UE...

Lire la suite >

Intervenants UE 2019 - lundi 26 août
Nous découvrirons ensemble le film d’Isabelle Broué, "Lutine".
Entre fiction et réalité, les personnages du...

Lire la suite >

Intervenants UE 2019
Nous aurons la joie de commencer notre UE, *
dès le samedi 24 août au soir, 
par un atelier co-animé par...

Lire la suite >

Groupes de pairs Drôme - Ardèche
Groupe de pairs Drôme/Ardèche

Lire la suite >

PAIRS groupe région Rhône/Alpes
Le groupe de PAIRS région Rhône/Alpes se réunit à Siccieu en Isère.
 

Lire la suite >

Psy en Mouvement: nouveau visage
Cher(e)s adhérent(e)s,
C’est avec plaisir que nous vous informons de la mise en ligne du tout nouveau site de...

Lire la suite >

Les TOC. Un article de notre confrère Henri Pierre BRU
A propos des Troubles obsessionnels compulsifs (TOC):
Je vous propose de lister les éléments à la base du TOC...

Lire la suite >

Le concept d'amour en psychothérapie
AMOUR ET PSYCHOTHÉRAPIE : UNE ASSOCIATION SUSPECTE
1Tenter une réflexion sur la nature du lien affectif qui...

Lire la suite >

Prochaines sessions de certification
• samedi 23 novembre 2019

Lire la suite >