Logo association : « Psy en Mouvement », Fédération des professionnels de la psychothérapie et de la psy-diversité

Fédération des professionnels
de la psychothérapie
et de la psy-diversité

Actualités

ARTICLES DE VEILLE
Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de Psy en Mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez-vous sur la page “Adhésion”.

Les médias : avec ou sans filtre ?

03/12/2015
Pour information aux lecteurs : les articles diffusés dans cette rubrique ne sont pas nécessairement l'expression de la position de PsY en mouvement, mais des sujets de discussions, de réflexions entre collègues membres de la Fédération. Les commentaires ne sont accessibles qu'aux adhérents. Pour lire les commentaires et poster votre avis, rendez vous à la page : "devenir membre"

 

Les médias : avec ou sans filtre ?


Comment tenir le coup face à l'hyper stress généré par les attentats terroristes relatés et dramatisés par les médias ? Comment se protéger de ce déferlement d'informations anxiogènes et comment éviter d'être envahi par les pensées négatives ? Bref, comment rester relié au monde sans être assailli par sa violence et sans risquer d'en somatiser les bruits et fureurs ? Je me posais ces questions lorsque mon ami Bernard Tihon m'a envoyé ce texte rédigé une semaine après les attentats du 13 novembre.


Bernard Tihon

Le soir des événements tragiques, le collaborateur de Néosanté fêtait ses 53 ans, mais son anniversaire s'est déroulé en toute insouciance parce qu'il avait... coupé son smartphone. Les jours suivants, par contre, l'auteur du SENS DES MAUX s'est senti vraiment mal en se connectant aux petits et grands écrans déversant la peur et l'angoisse à flots continus. Et si le média était le message, comme disait Marshall Mac Luan ? Et si le mal-être généré par l'info dépendait surtout de la manière dont on la consomme ? Associant sa capacité d'introspection, son art du décodage et sa force de discernement qui enchantent ses milliers de lecteurs, Bernard Tihon a donc pris sa plume talentueuse pour écrire l'article que je vous partage aujourd'hui (lire ci-dessous) . Dans ce texte qui me plaît beaucoup, il propose la solution d'absorber l'information en la filtrant et en privilégiant la meilleure source, àsavoir la presse écrite. Je vous laisse donc en compagnie de notre auteur « vedette », non sans vous rappeler que le deuxième tome de son livre « Décoder le sens de la vie » vient de sortir aux éditions Néosanté. Dans ce deuxième volet d'une nouvelle trilogie, l'écrivain-juriste apporte encore plein de réponses lucides et lumineuses à des dizaines de questions existentielles qu'il s'est posées et que nous nous posons tous. À l'issue de semaines éprouvantes et à l'approche de Noël, c'est vraiment le genre de lecture qui est de nature à faire un bien fou.
Yves Rasir

A l'écoute (filtrée) du monde

La sérénité de notre vie matérielle est quotidiennement mise en danger par les médias en tous genres qui n'hésitent pas à dramatiser à outrance le moindre évènement négatif. Cette tendance désastreuse atteint son comble quand il s'agit d'attentats terroristes perpétrés près de chez nous. Dans un tel climat, il est de plus en plus difficile de ne pas devenir paranoïaque.
Comment tenir le coup ? Comment faire encore des projets, croire en la vie, en l'avenir ? Comment rebondir positivement ? Comment simplement assumer les tâches habituelles et donner du sens à notre vie professionnelle et familiale face au regard incrédule de nos enfants ?
Suite aux récents attentats suicides de Paris, qui en plus ont eu lieu le jour de mon anniversaire, et aux ramifications terroristes qui conduisent tout droit à Bruxelles, je me pose la question dans la plus terrible acuité qui soit. Heureusement, le 13 novembre au soir, j'ai fêté mes 53 ans gaiement, tous écrans éteints, sans rien savoir du drame qui se déroulait. Ce n'est que le matin du 14, en ouvrant mon smartphone, que l'horreur du monde est entrée chez nous. Faut-il vivre à l'écart du monde, dans une retraite géographique totale et éternelle ? C'est peut-être envisageable pour un retraité fortuné et sans enfants. Mais je ne suis ni l'un ni l'autre. Je veux vivre dans le monde, sans avoir peur de sortir. Je veux que mes enfants puissent y vivre aussi, sans devoir sortir camouflés sous escorte militaire.
Et si ce stress était dû surtout à mon smartphone ? Ou plus précisément à l'usage que j'en fais. C'est « lui » effectivement qui a été et qui est encore chaque jour porteur des mauvaises nouvelles du monde. Qui m'agresse donc sans cesse avec elles, au point de me foutre la trouille dans les entrailles. Au point d'avoir envie de le jeter à la poubelle et de racheter un simple téléphone mobile (ou mieux encore un bon vieux téléphone fixe). Le mot « smartphone » est anglais, de « smart » = chic, élégant ; malin, habile, adroit, astucieux, spirituel ; impertinent, audacieux ; vif, prompt ; bon, bien envoyé ; intelligent. Que de qualités sur un seul petit mot ! La langue anglaise fait des merveilles. Ce n'est pas pour rien qu'elle soit devenue la langue universelle et que les spécialistes du marketing aient choisi ce mot pour identifier l'objet moderne le plus utilisé au monde. Il est diablement intelligent mon smartphone, toujours prompt à m'envoyer toute la merde du monde. Et moi je suis con, je suis complètement con car j'accepte de la recevoir, je paie même pour ça et j'en redemande.
Durant notre vie en gestation dans l'utérus maternel, au moins l'écoute du monde étranger était filtrée. Avant tout, nous écoutions les bruits rassurants du corps de la mère : son cœur, sa respiration, sa digestion, sa miction, sa jouissance, sa voix,... Du reste du monde, nous ne recevions que l'écho assourdi, que nous ressentions au travers du filtre maternel. Nous n'avions peur que si elle avait peur. Dans notre premier royaume, il y avait un filtre entre nous et ce qui arrivait du monde extérieur. Depuis la naissance, nous avons basculé dans une autre réalité plus dangereuse et solitaire. Si nous ne voulons pas qu'elle nous écrase, comme elle pourrait parfois le faire, il nous appartient de savoir nous-mêmes filtrer les informations (les fictions) qui nous atteignent. Mais quel filtre choisir ?
Déjà choisir un bon quotidien d'information qui soit plus apte à nous aider à décoder l'actualité qu'à nous paniquer. J'ai longtemps été un lecteur de Libé pour les qualités rédactionnelles de ses journalistes. Depuis que son rédacteur en chef s'est attaqué à Michel Onfray, je ne l'ai plus lu. Un crime contre l'intelligence qu'il me sera difficile de pardonner. Et je doute aussi des récents propos du philosophe hédoniste sur l'actualité terroriste et la responsabilité de la France. En ces temps troubles, on ne sait plus à quel saint (sein) se vouer.
Préférer les médias écrits aux médias télévisuels, sans aucun doute. La dramatisation des événements est beaucoup plus forte à la télévision et sur internet. Le choc et le poids des images filmées et des paroles entre dans notre tête et fait des dégâts immédiats qu'il est difficile de réparer par la suite. Donc je ne regarde plus les infos à la télé ni sur internet, même la radio j'évite, et je n'utilise plus mon smartphone, sauf pour téléphoner. Découvrir l'actualité dans le journal sur format papier du matin, cela suffit comme cela. Même si en Belgique, mon quotidien s'appelle « Le Soir », c'est le matin que je le lis, ainsi j'ai encore toute la journée pour m'en remettre au cas où...
Quand je vous disais qu'on risque de devenir paranoïaque, je savais de quoi je parlais. Moi, j'ai peur de tout maintenant, même de mon smartphone. Pour en sortir, la seule solution est de mettre en place une nouvelle écoute filtrée du monde. Qui me convienne à moi. Connaissant mes faiblesses. Qui me permette de conserver la sérénité suffisante pour continuer ma vie matérielle dans tous ses aspects vitaux : mon rôle de père, ma vie amoureuse et sexuelle, mon métier de juriste et d'auteur, mon alimentation, ma digestion, mon sommeil, la conduite de la voiture, les relations sociales, l'organisation familiale particulièrement par rapport à tous les déplacements, savoir quand il faut dire oui ou non...
Seule une écoute filtrée et décodée du monde permet de retrouver son quant-à-soi. Pour ne pas laisser les sentiments négatifs nous envahir. Pour pouvoir voir à nouveau la réalité en face. Être normalement prudent et rester audacieux. Oser sortir. Devenir vraiment chic, élégant, malin, habile, spirituel. Prompt sur la balle pour l'envoyer dans le but.

Bernard Tihon

Commentaire du veilleur responsable de la présente publication Pascal Caro : Suite aux événements tragiques à Paris il y a quelques semaines, un article pour réfléchir sur l'utilisation des médias.

UNIVERSITÉ
D’ÉTÉ
2019
En savoir

ACTUALITÉS

Intervenants UE 2019 - lundi 26 août
Nous découvrirons ensemble le film d’Isabelle Broué, "Lutine".
Entre fiction et réalité, les personnages du...

Lire la suite >

Intervenants UE 2019
Nous aurons la joie de commencer notre UE, *
dès le samedi 24 août au soir, 
par un atelier co-animé par...

Lire la suite >

Groupes de pairs Drôme - Ardèche
Groupe de pairs Drôme/Ardèche

Lire la suite >

PAIRS groupe région Rhône/Alpes
Le groupe de PAIRS région Rhône/Alpes se réunit à Siccieu en Isère.
 

Lire la suite >

Psy en Mouvement: nouveau visage
Cher(e)s adhérent(e)s,
C’est avec plaisir que nous vous informons de la mise en ligne du tout nouveau site de...

Lire la suite >

Les TOC. Un article de notre confrère Henri Pierre BRU
A propos des Troubles obsessionnels compulsifs (TOC):
Je vous propose de lister les éléments à la base du TOC...

Lire la suite >

Le concept d'amour en psychothérapie
AMOUR ET PSYCHOTHÉRAPIE : UNE ASSOCIATION SUSPECTE
1Tenter une réflexion sur la nature du lien affectif qui...

Lire la suite >

Prochaines sessions de certification
• samedi 23 novembre 2019

Lire la suite >

Séminaire intensif
Notre collègue Véronique CHERKI nous informe du séminaire intensif "dis moi qui tu es"

Lire la suite >

Mémoires de naissance par Sylvie Prager Sechaud
Un spectacle de notre collègue Sylvie Prager Séchaud

Lire la suite >